Ecole de Taiji Quan Kou-Chen Neuville en Ferrain : site officiel du club de wushu de NEUVILLE EN FERRAIN - clubeo

Yangjia Michuan Taijiquan

17 mars 2014 - 17:20

Le Taiji Quan

Une définition du Taiji Quan (Tai Chi Chuan)

Taiji (Tai Chi) : ce terme signifie « Faîte suprême ». Il représente également un concept millénaire chinois de l'univers, vu dans son dynamisme. Ainsi, selon la conception chinoise, le cosmos repose sur un système binaire que symbolisent les deux principes actifs complémentaires, le Yin et le Yang. De cette dualité découle la création.

Quan (Chuan) : ce terme signifie poing, boxe.

Taiji quan (Tai Chi Chuan) signifie donc : l'art de combat qui applique les principes du Tai Chi, c'est à dire : dynamisme, circularité, alternance, transformation, dualité...

L'invention du Taiji quan est attribuée traditionnellement à Zhang Sanfeng (XIIe-XIIIe siècle), moine taoïste du monastère du mont Wudang, situé dans le Hubei au nord-ouest de la Chine. Il aurait élaboré cette technique après avoir observé un combat entre un oiseau et un serpent, combat à l'issue duquel il aurait constaté la supériorité de la souplesse sur la rigidité‚ l'importance de l'alternance du Yin et du Yang, l'efficacité des mouvements circulaires.

Le Taiji quan est plus probablement le fruit d'une longue maturation qui a réuni au cours des siècles l’efficacité des techniques de longévité taoïstes et des techniques martiales.

Yang Luchan (XIXe siècle), fondateur de l'école Yang, a développé son style en faisant une synthèse entre sa formation d'origine en divers arts martiaux, ses connaissances et expériences acquises au cours de ses rencontres et confrontations avec de nombreux experts, et l'étude des classiques du Taiji quan.Yang Luchan était surnommé Yang Wudi : Yang l'invincible.

Le Yangjia Michuan Taiji Quan est la transmission secrète du Taiji quan par la famille Yang. Cette école resta longtemps réservée aux seuls membres du clan Yang. Mais un jour, Yang Luchan dut malgré lui enseigner le Taiji quan à la garde impériale des Qing, dynastie mandchoue dont le clan Yang souhaitait le renversement. Aussi, afin de ne pas révéler la quintessence de son art, il simplifia volontairement la technique. Par la suite, cette forme simplifiée se répandit à travers la Chine et la forme traditionnelle Yangja Michuan ne fut révélée que beaucoup plus tardivement.

Commentaires

Staff
Yves Decabooter
Yves Decabooter 30 mai 2014 21:53

Il ne nous reste plus qu'à se mettre au boulot.

Laetitia Dedeine 30 mai 2014 21:33

Merci Yves, c'est intéressant de voir ce qui nous attend ;-) !

Staff
Jessy Debarbieux
Jessy Debarbieux 19 mars 2014 07:56

De très bons sites en effet

Staff
Yves Decabooter
Yves Decabooter 18 mars 2014 16:30

http://www.ymti.org/fr/

Staff
Yves Decabooter
Yves Decabooter 18 mars 2014 16:27

J'ai aussi trouvé ça sur le net : http://fr.wikipedia.org/wiki/Yangjia_Michuan_Taiji_Quan http://ceeymt.eu/College/Histoire_du_style.html

INFO

C'est la rentrée...  Reprise des cours le lundi 11 septembre à 19h00 ! 

 

HORAIRES ET LIEU DES COURS

Les cours se déroulent au Dojo Pierre Myter

Allée des Sports - 59960 Neuville-en-Ferrain

 

Lundi: 19h à 20h

Jeudi: 18h30 à 19h30

LA FILIATION DE JESSY DEBARBIEUX

Je pratique le Taiji Quan depuis 2001.

 

Issus des arts martiaux externes, que j'ai pratiqué depuis mon plus jeune âge, j'ai été accueilli chaleureusement par ce club, qui ne comptait à l'époque que 3 élèves.

 

Aujourd'hui, j'enseigne humblement le Taiji Quan depuis 2006 et j'ai l'honneur de transmettre le savoir de mes maîtres:

- Me Frédéric Aubry, Diplômé d'Etat en Taiji Quan

- Me Roland Viaene, Grand Mâitre Zen et dont le savoir dans les arts martiaux est digne d'admiration, disciple de Me Deshimaru (Zazen), de Me Chou (Taiji Quan Ecole Li), de Me Sien Tsien (Taiji Quan Ecole Li), de Me Luo Kindao (Taiji Quan Ecole Yang) et de Me Chang Chen (Taiji Quan Ecole Wudang).

Ce savoir est celui du grand Taiji, c'est-à-dire l'approche des styles les plus répandus.

 

J'ai été profondément ému et honoré lorsque Frédéric Aubry m'a demandé de prendre sa relève et, bien que cette responsabilité soit importante, je m'efforce de l'assumer avec un profond respect pour cet héritage.

 

Je n'oublierai jamais non plus Me Nguyen Ngnoc-Than et Nguyen Ngnoc-Long (Professeurs de Tae Kwon Do) qui ont énormément compté dans mon parcours et m'ont apporté bien plus que des techniques martiales.

 

C'est à toutes ces personnes que je dois ce que je suis et, pour cela, je leur en serai éternellement reconnaissant...

 

Et je terminerai avec cette pensée:

"Je préfère être un bon professeur qu'un grand maître".